Rejoingnez nous sur FaceBook Rejoingnez nous sur Twitter

André Garreta, président de la CCI Bayonne Pays Basque

« Sauver des vies est l’enjeu, en plus de répondre à une obligation légale… »

 

Avec cette démarche #EntreprisesEngagées64, les dirigeants veulent marquer leur volonté de prendre en main une cause majeure : la sécurité de leurs collaborateurs sur les routes. Rencontre avec André Garreta, président de la CCI Bayonne Pays Basque…

 


La Chambre de commerce et d’industrie Bayonne Pays Basque a rejoint la démarche initiée avec le préfet des Pyrénées Atlantiques. Pourquoi ?
André Garreta – Nous sommes très sensibles au risque routier et à toutes les conséquences dramatiques qu’il peut générer. Nous nous réjouissons que, déjà, de nombreuses entreprises participent à cette démarche #EntreprisesEngagées64, et il est naturel que la CCI s’y associe pour que le mouvement s’amplifie avec la participation d’un maximum d’entreprises. Je pense particulièrement aux TPE et aux PME qui parfois ne mesurent pas l’importance de ce risque qui les concerne directement. Trop souvent les dangers sur le trajet domicile-travail sont oubliés.

 


Votre avis sur ce risque ?
A. G. – Pour le limiter, il est important d’agir à tous les niveaux. Il faut bien sûr informer, sensibiliser et former les usagers de la route, et parmi eux les collaborateurs des entreprises comme de tous les organismes professionnels. Mais ce n’est pas tout. Il est important de se préoccuper encore davantage des infrastructures et des modes de transport, sans oublier les zones urbaines où se produisent le plus d’accidents. Les efforts faits au niveau des transports en commun sont très significatifs, notamment avec les futures lignes de tram-bus. Pour ma part, je reste convaincu qu’il faut investir davantage sur les parkings de covoiturage à l’entrée des villes, d’une part pour favoriser cette pratique pour les longs trajets vers l’extérieur, d’autre part pour inciter ceux qui arrivent à utiliser les transports en commun.

 

 

 


Comment peut-on mobiliser les entreprises ?
A. G. – Il faut d’abord les informer davantage sur leurs obligations en matière de prévention des risques professionnels, en rappelant que le premier de ces risques est la route. Cela signifie qu’il est impératif de l’identifier dans le Document unique, dès le premier salarié, puis de prévoir des actions de prévention. Si cette obligation légale n’est pas respectée, l’entreprise et son dirigeant peuvent être poursuivis en cas d’accident grave avec des conséquences qui peuvent être lourdes sur le plan financier et pénal. Aucune entreprise n’est à l’abri d’un accident grave, lors de missions mais aussi entre le lieu de travail et le domicile. Bien entendu, l’enjeu humain est prioritaire. Mais, il me semble nécessaire d’alerter sur les obligations légales. Quelque part, dans ce domaine, le chef d’entreprise doit se comporter en bon père de famille vis à vis de ses salariés.

 


Quelles priorités pour mener des actions ?
A. G. – Le respect des limites de vitesse, le port de la ceinture, la non-consommation d’alcool avant de conduire… font partie des facteurs clés pour rouler en sécurité. Ce sont des choses simples sur lesquels il ne faut pas hésiter à insister. Aujourd’hui, l’usage du smartphone au volant provoque des situations très dangereuses. Il ne faut pas oublier l’entretien du véhicule : trop souvent les gens roulent avec des pneus lisses sans avoir conscience du danger. Ainsi, le bon état de la flotte de véhicules de l’entreprise est primordiale et doit être une priorité.

 


Quelle sera votre implication dans la démarche #EntreprisesEngagees64 ?
A. G. – Nous allons bien entendu participer à la mobilisation des entreprises en les incitant à rejoindre cette démarche, et à signer l’appel sur le site internet #EntreprisesEngagees64, dans un premier temps. Ensuite, nous les motiverons pour qu’elles prennent en compte très concrètement le risque routier. Nous soutiendrons aussi la mise en place et le développement de ce site d’information qui leur apporte beaucoup d’éléments dans ce domaine, y compris avec des témoignages de dirigeants. Enfin, en notre qualité d’institution publique, nous montrerons l’exemple en menant des actions de sensibilisation et de prévention auprès des collaborateurs de la CCI.

 

Dernière mise à jour :
Partagez Facebook Twitter