Rejoingnez nous sur FaceBook Rejoingnez nous sur Twitter

Didier Laporte, président de la CCI Pau Béarn

« Une cause majeure qui mérite l’implication de tous… »

Cette démarche #EntreprisesEngagées64 est une première dans le domaine de la sécurité sur les routes. En effet, elle a été lancée par les chefs d’entreprise pour marquer leur volonté de prendre en main cette cause majeure. Rencontre avec Didier Laporte, président de la CCI Pau Béarn…

 


La Chambre de commerce et d’industrie Pau Béarn fait partie des premiers signataires de la charte avec le préfet des Pyrénées Atlantiques. Pourquoi ?
Didier Laporte – Cela rentre pleinement dans les missions de notre institution. D’abord, en informant et en sensibilisant les chefs d’entreprise sur ce risque qui représente la première cause d’accidents mortels au travail. Trop de personnes perdent encore leur vie sur les routes, et trop de personnes sont gravement blessées avec parfois des handicaps lourds pour le reste de leur existence. Ensuite, en participant à l’accompagnement des entreprises pour une meilleure prise en compte de ce risque, notamment au niveau des TPE et PME.

 


Certains secteurs sont directement concernés par ce risque et l’ont déjà pris en compte…
D. L. – Oui, bien entendu. C’est particulièrement le cas au niveau des transporteurs et des métiers liés à la pratique de la route. Il faut dire que ce sont des professions très réglementées avec des contrôles strictes au niveau notamment de l’alcool au volant (un taux d’alcoolémie toléré réduit à 0,2 g, des éthylotests antidémarrage…) et des obligations, comme les temps de repos imposés sur la route. Ces entreprises mènent des actions de prévention avec les chauffeurs et les collaborateurs qui sont fréquemment sur la route. Elles peuvent et doivent aller plus loin en sensibilisant l’ensemble des salariés aux risques sur le trajet entre le domicile et le travail. C’est là, en effet, que se produit la majorité des accidents.

 


Des entreprises prennent tout cela comme des contraintes supplémentaires. Que voulez-vous leur dire ?
D. L. – Deux choses. La première : l’enjeu humain ne doit pas faire hésiter. Il s’agit de la santé ou même la vie des collaborateurs. D’autant plus que le risque routier est reconnu comme le premier des risques professionnels. La deuxième : il est de l’intérêt de l’entreprise d’intégrer des actions de prévention, car tout accident a aussi des conséquences sur l’organisation de l’entreprise et sur le plan économique. Les accidents de la route peuvent se produire à n’importe quel moment et son beaucoup plus coûteux qu’on ne l’imagine. Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a des obligations légales. Ainsi, toute entreprise, à partir d’1 salarié, doit établir le « Document unique » répertoriant les risques professionnels et doit programmer des actions de prévention. Le risque routier doit y figurer en première place. Le non-respect de cette obligation peut avoir des conséquences extrêmement lourdes sur le plan financier et même pénal en cas d’accident grave d’un collaborateur.

 


Quelle sera votre implication dans la démarche #entreprisesengagees64 ?
D. L. – En tant qu’institution publique, nous devons déjà montrer l’exemple en menant des actions de sensibilisation et de prévention auprès des collaborateurs du Groupe CCI. Nous voulons aussi participer activement à la mobilisation des entreprises pour qu’elles rejoignent cette démarche, par un contact direct à travers nos outils de communication, mais aussi en soutenant la mise en place et le développement de ce site d’information. Réduire le nombre de blessés et de tués sur les routes est une cause qui mérite largement l’implication de tous.

Dernière mise à jour :
Partagez Facebook Twitter